Nous Contacter           

       

Bernhard Lüthen naquit à Paderborn, Allemagne, le 5 mai 1846. Son frère Charles se fit prêtre et cela l’influença pour faire la même chose. Il fut ordonné comme prêtre diocésain le 15 mars 1872. Rapidement, il fonda la première Association de Mères Catholiques dans le diocèse de Paderborn. Afin d’aider ce nouveau ministère, il lança une revue appelée Monika. On découvrit rapidement ses talents littéraires et il fut invité à devenir l’éditeur de Ambrosius, une revue pour prêtres concernés par l’éducation et par la direction de groupe de laïcs.
 
Au printemps 1881 il rencontra le Père François Jordan et fut fasciné par ses idées de fonder une nouvelle société religieuse qui réunirait des groupes de prêtres et de laïcs pour répandre et défendre la foi catholique. Il écrivit une brochure sur l’œuvre de Jordan et devint éditeur de Der Missionär, l’une des revues de la nouvelle Société. Le 8 décembre 1881, à Ste Brigitte à Rome, il prononça des vœux privés en tant que membre du Premier Degré de la Société Apostolique d’Enseignement, qui devint plus tard la Société du Divin Sauveur. En 1883 il reçut l’habit des mains du Père Jordan et prit le nom religieux de Bonaventura.
 
Le Père Bonaventura fut le premier et le plus important des collaborateurs de la première heure du Père Jordan. La nouvelle Société avait besoin de se constuire et son programme devait être mieux connus ; grâce à ses talents en tant qu’écrivain et éditeur, il fut l’homme de la situation. Les premières années, il voyagea beaucoup dans les pays d’expression allemande, cherchant des collaborateurs, des bienfaiteurs et des abonnés aux revues de la Société.
 
Après quelque temps, il devint clair que la tâche la plus importante était l’éducation des jeunes aspirants au sacerdoce qui venaient en grand nombre à Rome pour rejoindre la Société. En 1884 Lüthen retourna de l’Allemagne à Rome et, tout en continuant d’être éditeur, il devint Préfet des Candidats et Maître des Novices. Graduellement, il put déléguer ces tâches à d’autres puisque la Société s’agrandissait et que de plus en plus il devait être le représentant de confiance du Fondateur. Il écrivit un grand nombre de lettres au nom du Père Jordan qui savait qu’il pouvait s’en remettre à son jugement. Il demeura le collaborateur et le conseiller le plus proche de Jordan jusqu’à sa mort le 10 décembre 1911.
 
Tous ses confrères considéraient le Père Bonaventura comme un homme sage et saint et bien que sa discipline religieuse personnelle fut sévère, l’impression durable qu’il laissa était celle de « bonté et d’amabilité ». En tant que premier disciple et la « plume » du Fondateur, il apporta une contribution cruciale à l’administration et à l’expansion de la Société à ses débuts, et à l’accomplissement de sa tâche de faire connaître et aimer davantage le Sauveur. La cause pour sa béatification a été introduite en 1943.
 

************************************************

Franciscus Jordan

Seigneur,

aide-moi, montre-moi le chemin, Sans toi, je ne puis rien, j’espère tout de Toi. En toi, Seigneur, j’ai mis mon espoir, jamais je ne serai confondu.

Salvatoriens dans le Monde

Angleterre  Albanie  Allemagne  Australie  Autriche  Bélarus  
Belgique  Brésil  Cameroun  Canada  Colombie  Comores  
Congo  Écosse  Équateur  Espagne  États-Unis  Guatemala  
Hongrie  Inde  Irlande  Italie  Mexique  Monténégro  
Mozambique  Philippines  Pologne  République_Tchèque  
Roumanie  Russie  Slovaquie  Sri_Lanka  Suriname  
Suisse  Taiwan  Tanzanie  Ukraine  Venezuela