Nous Contacter           

       

Pour comprendre l’Histoire de notre Société, c’est nécessaire
de connaitre l’arrière-plan historique, en particulier la situation
historique de l’Allemagne en ces temps-là, et aussi la vie
de notre fondateur P. François Jordan.

Il y avait deux facteurs importants qui avaient affecté l’Eglise au 19e siècle en Allemagne : la sécularisation et le Kulturkampf. Au début du siècle, sous Napoléon, presque tous les monastères en Allemagne étaient sécularisés. Les monastères étaient dissous et les propriétés étaient confisquées par l’Etat ou alors elles étaient vendues. Toutes les voies que l’Eglise utilisait pour exercer sa cure pastorale étaient perturbées, au point ou la culture monastique florissante autrefois était détruite. La région de la Prusse, qui devenait de plus en plus rigide au cours du 19e siècle, adoptait une politique de conflit avec l’Eglise Catholique, ce qu’on appelait le Kulturkampf. On adoptait des lois pour essayer de limiter la force et l’influence de l’Eglise. C’est ainsi que l’Eglise se voyait de plus en plus limitée dans ses activités et sa pastorale par l’Etat.

L’intention première de P. Jordan n’était pas de fonder une congrégation religieuse. Il voulait renverser les effets du Kulturkampf et cela signifiait entreprendre quelque chose totalement radical et de large portée. Ce qui pouvait signifier littéralement renouveller toute l’Eglise. Son souhait était de redonner le Christ aux gens ordinaires. Il etait habité par un enthousiasme missionnaire extraordinaire. Il s’agissait d’une passion dévorante ; son amour pour Dieu et pour l’humanité l’accablait qu’il voulait commencer immédiatement quelque chose et faire tout ce qu’il pouvait pour réaliser ses ambitions.

D'abord, il fallait trouver des associés, des gens qui pouvaient le comprendre et l’aider dans sa tâche, et beaucoup plus important encore, il était à la recherche des prêtres qui seraient en mesure de considérer son projet. Il a rapidement trouvé Père Lüthen Bonaventura, son collègue allemand qui, tout au début de la fondation, devint son plus proche collaborateur et ami. Il avait aussi trouvé plusieurs autres prêtres qui étaient prêts à travailler avec lui.

Le projet de Jordan était de créer une Société à trois degrés : le premier degré inclurait des membres, des hommes et des femmes, qui seraient eux-mêmes entièrement consacré à la Société et de son objectif. Ils feraient les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Le deuxième degré inclurait les gens instruits c’est-à-dire ceux qui seraient en mesure d'exercer une influence dans l'Église et dans la Société - des scientifiques, des artistes, des intellectuels, des journalistes, etc. Le troisième degré était pour quiconque était prêt à vivre une bonne vie chrétienne et à promouvoir les objectifs de la société.

C’était très important pour Père Jordan que la Société soit basée à Rome, qui était le cœur de l'Église. C’est ainsi qu’il va s’installer à Sainte Brigitte sur la Piazza Farnese, où il établit une imprimerie et commença à publier la revue mensuel Der Missionär. Le 8 Décembre 1881, dans la chapelle de Sainte-Brigitte à Rome, le Père Jordan et trois autres prêtres émirent des vœux privés en tant que membres de la Société Apostolique d'Instruction. C'est cette date qui est considérée comme le jour de la fondation de Salvatoriens.

La Société Apostolique d'Instruction avait rapidement attiré d'autres collaborateurs et les chambres à Sainte Brigitte étaient devenues insuffisantes. Alors Père Jordan était ravi de pouvoir louer des chambres, juste à côté de la place Saint-Pierre, dans le Palazzo Moroni, Borgo Vecchio 165 – aujourd’hui Via della conciliation 51.

Le projet de recruter des prêtres diocésains ne s'était pas concrétisé, mais la maison mère était très vite remplie de candidats potentiels. Son idée d'une société avec trois degrés était jugé trop progressiste. L'Eglise ne pourrait reconnaitre que le premier degré organisé dans les lignes d’une congrégation religieuse avec des branches complètement séparées pour les femmes et pour les hommes.

L’appellation «Société Apostolique d’Instruction» devenait aussitôt controversée car la papauté se réservait à elle seule l'usage du titre apostolique. Alors le nom a été changé en «Société Catholique de l'Instruction», puis en «Société du Divin Sauveur» (en latin : Societas Divini Salvatoris) et depuis lors, la Société a été connu comme « Les Salvatoriens.»

Ce changement de nom a été favorable parce que la nouvelle Société ne se nommait plus selon ses activités, mais selon son plus haut idéal : le Christ Lui-même, le Sauveur du monde. Il est notre modèle et c'est à lui que nous cherchons à attirer les autres.

Dès le début, Père Jordan voulait impliquer les femmes dans le travail de la Société. Il avait alors fondé une Congrégation des Sœurs sous la direction de Francesca Streitel, mais des difficultés se montrèrent aussitôt. En fait elle n'était pas en pleine harmonie avec les idées du fondateur et elle voulait que les Sœurs suivent les lignes des Franciscains de la Stricte Observance. Finalement ce groupe de Sœurs s’était séparé du Père Jordan en 1886 et aujourd'hui elles s’appellent Sœurs Adolorata.

Jordan avait une connexion de longue date avec Thérèse von Wüllenweber, qui avait été membre du premier degré depuis 1882 et attendait qu’un jour, elle soit appelée à Rome. Elle est venue en 1888 et Jordan lui donna la responsabilité de la nouvelle fondation à Tivoli : Les Sœurs du Divin Sauveur. Thérèse avait alors pris le nom de «Marie des Apôtres», un nom qui exprime son dévouement à l'esprit apostolique des idées de Jordan. En fait, ils avaient une remarquable similitude de perspectives, et elle s'est avéré être une collaboratrice fidèle et une sage supérieure des Sœurs. Elle avait été béatifiée en 1968.

Une fois l'approbation canonique de la Société obtenue, Jordan commençait énergiquement à fonder de nouvelles maisons de la Société. On ne peut donner ici qu’un résumé. Lorsque la Congrégation de la Propagation de la Foi avait demandé au Père Jordan de prendre en charge une nouvelle et vaste zone de mission à Assam, dans le Nord Est de l'Inde, les Salvatoriens se trouvaient devant un défi. Dès 1890, il envoya ses premiers missionnaires à Assam, bien qu’il n’ait pas assez de personnel.

En 1892, il a commencé les fondations aux États-Unis et en Autriche. Ensuite : en Equateur-Colombie (1893), en Suisse (1894), en Tchécoslovaquie (1895), au Brésil (1896), en Roumanie (1898), en Belgique, en Pologne et en Yougoslavie (1900), en Angleterre (1901) et en Allemagne (1915). De son vivant, Père Jordan a établi la Société dans 14 pays différents. Ce fut en effet le fruit d'une activité infatigable et de ses très nombreux longs voyages.

Depuis lors, notre Société s'est répandue à travers le monde en proclamant Jésus-Christ comme l’Unique Sauveur du monde.

 

Franciscus Jordan

Aucun

sacrifice, aucune croix, aucune souffrance, aucune détresse, aucune affliction, aucune attaque, rien ne doit être trop dur pour toi avec la grâce de Dieu. Je puis tout en Celui qui me rend fort.

Salvatoriens dans le Monde

Angleterre  Albanie  Allemagne  Australie  Autriche  Bélarus  
Belgique  Brésil  Cameroun  Canada  Colombie  Comores  
Congo  Écosse  Équateur  Espagne  États-Unis  Guatemala  
Hongrie  Inde  Irlande  Italie  Mexique  Monténégro  
Mozambique  Philippines  Pologne  République_Tchèque  
Roumanie  Russie  Slovaquie  Sri_Lanka  Suriname  
Suisse  Taiwan  Tanzanie  Ukraine  Venezuela